Chercher
 
    Renforcement des compétences » Une méthode adaptée » Les facteurs de réussite
 
Autres rubriques
   
 
 
 
   
 
 
 
Les facteurs de réussite
  

Une équipe locale compétente, des artisans sans frontières bien identifiés

La méthode du compagnonnage artisanal mobilise essentiellement des compétences locales, à l'exception des compétences des artisans sans frontières identifiés, formés et mobilisés par l'APCMA. L’APCMA apporte aussi la méthodologie, la formation de l’équipe locale de coordination et l’appui à distance à cette équipe.

Les artisans sans frontières chargés de réaliser les missions de compagnonnage artisanal sont mobilisés sur la base d'une sélection par les partenaires locaux et les artisans concernés, après proposition par l'APCMA à partir des critères suivants : aptitudes pédagogiques, compétences et expérience professionnelle en adéquation avec les besoins des entreprises artisanales ciblées, qualités humaines et capacité d’adaptation.

Des binômes métier-région porteurs économiquement

Une analyse approfondie des filières sélectionnées doit être réalisée par le coordinateur national afin d'identifier, dans chacune des régions choisies, un métier représentatif, porteur économiquement, et stratégique en matière de création d’emplois et de richesses. L’efficacité et l’impact de l’appui apporté dépendra très largement des choix initiaux faits par le coordinateur national sur les métiers retenus et le profil des artisans concernés.

Des axes d’intervention définis en amont et des artisans motivés

Identification d’une problématique et des besoins d’appui pour chaque métier dans une région prédéterminée ainsi que des organismes professionnels relais sur le terrain pour la constitution de groupes d’artisans professionnels, organisés et motivés.

Les missions compagnonnage artisanal ayant la particularité de mettre en place des diagnostics et des préconisations individuelles et collectives, le nombre d'artisans concernés doit nécessairement être limité. Un nombre minimum de 8 ateliers pour permettre les échanges et partage d’expériences, et entre 12 et 15 ateliers maximum pour préserver la qualité de l’accompagnement et la cohésion du groupe, sont fortement recommandés.

Les artisans concernés doivent par ailleurs accepter de se mettre en situation de compagnonnage pendant la durée de la mission, d’envisager le lancement d’actions de mutualisation et de partager les résultats du compagnonnage avec d’autres artisans de la région. Le choix de la période pour la réalisation de la mission doit tenir compte de la disponibilité des artisans afin que ceux-ci puissent participer pleinement aux séances de travail et une vérification doit être faite sur leur volonté de participer sans aucune autre contrepartie que les appuis techniques reçus.

Des conditions matérielles favorables au bon déroulement de la mission et une bonne communication entre les partenaires

Pour garantir le bon déroulement de la mission, il est important que le partenaire local et ses relais professionnels garantissent la mise à disposition du matériel de travail, des équipements et locaux nécessaires.

Des échanges intenses et permanents entre l’équipe en charge du projet à l’APCMA et le coordinateur national, ses antennes régionales, les groupements professionnels impliqués et les experts-métiers facilitent la réalisation des missions et en assurent les meilleurs résultats.

L’organisation de séances de travail collectives

  • En début de mission, l’organisation d’une réunion collective impliquant l’artisan sans frontières, les artisans concernés, les organisations professionnelles impliquées, les experts-métiers et, si possiblee, les autorités locales, permet de mieux cibler les besoins et le déroulement de la mission.
     
  • En début et fin de mission, organisation d’une réunion de lancement et de restitution impliquant les autorités locales et les services de coopération bilatéraux ou européens, ainsi que l’artisan sans frontières, les artisans concernés, les organisations professionnelles et les experts-métier. Une cérémonie de remise des diplômes peut également être organisée.
     
  • En complément des réunions collectives, une journée portes ouvertes peut être organisée permettant de rendre compte des résultats de la mission, par exemple par l’exposition et la vente des nouvelles collections et produits élaborés au cours de la mission de compagnonnage.
     
  • Pour démultiplier les résultats de la mission, il est vivement conseillé d'organiser des restitutions collectives entre les bénéficiaires et les autres artisans et d'organiser le transfert des savoir-faire entre artisans et entre ceux-ci et leurs collaborateurs et apprentis.