Chercher
 
    Développement de la petite entreprise » Le renforcement institutionnel » L'initiative PME
 
Autres rubriques
   
 
 
 
   
 
 
 
L'initiative PME
  

Le bureau de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF), conscient de l’importance de la petite et moyenne entreprise (PME) dans le tissu économique africain et du rôle que les PME peuvent jouer dans les stratégies de croissance et de lutte contre la pauvreté, a décidé de se doter d’une Charte des droits fondamentaux des PME africaines et d’un Représentant chargé de la promotion et la valorisation du secteur de la PME auprès des autorités africaines et de leur partenaires techniques et financiers aussi bien en Afrique que dans l’Union européenne. Cette représentation a été confiée à M. François MOUTOT, Directeur général de l’APCMA.

Afin de faire reconnaitre la PME comme un levier du développement économique et social durable en Afrique ainsi que de favoriser leur structuration et d’impulser des orientations politiques allant dans le sens de la formalisation de la petite et moyenne entreprise, la CPCCAF, avec l'appui de l'APCMA plaide ainsi pour la mise en place de dispositifs d’incitation à la déclaration de l’entreprise dans le secteur formel et d’accompagnement du créateur. Ces dispositifs doivent être incitatifs pour l’Etat, pour les chefs d’entreprise eux-mêmes et pour leurs salariés. Cette initiative, lancée en faveur des PME africaines, au travers d'actions de plaidoyer, vise principalement deux objectifs.

Impulser le développement du secteur privé par l'adoption d'un cadre de référence clairement défini, protecteur, transparent et bénéfique à l'activité des entreprises : la Charte des droits fondamentaux des PME d’Afrique

La Charte des droits fondamentaux des PME, adoptée par la CPCCAF en 2012, s'appuie sur le processus d'intégration régionale initié au sein du continent africain pour obtenir la reconnaissance de la PME en tant que force économique, politique et sociale. Elle vise à définir les principes essentiels à la vie de l'entreprise et son épanouissement et s’appuie sur le rôle moteur des chambres consulaires pour atteindre ses objectifs. A noter, à cet égard, les deux résolutions prises en avril 2013 par la Conférence des ministres africains de la PME et de l'artisanat, qui s’est tenue à Yaoundé, Cameroun, les 11 et 12 avril dernier : la première demandant aux états africains de s'inscrire dans la démarche lancée par la CPCCAF en faveur des PME et, l'autre, leur demandant de promouvoir les mécanismes les plus efficaces pour garantir l'accès à la protection sociale pour les artisans et chefs de PME.

Renforcer l'accès des PME aux marchés et initier une dynamique de mutualisation et de construction de partenariats autour d'objectifs économiques concrets : les projets structurants pour la formalisation des PME

La Charte des PME a vocation à déclencher un ensemble de projets structurants dont la mise en œuvre reviendrait aux responsables africains de l'artisanat et de la PME et aux chambres consulaires africaines, avec l'appui, le conseil et l'assistance technique de la CPCCAF et de l'ensemble de ses membres. Cinq leviers d'intervention en faveur de la structuration de la PME semblent les plus porteurs d'une dynamique de formalisation et d’émergence d’une d'offre de services d’appui aux entreprises :

  • un régime fiscal ad-hoc privilégiant la transparence, l'efficacité et surtout les incitations à la formalisation en échange d'un accès accru et opportun aux services d'appui,
     
  • des mécanismes d'accès aux crédits et aux garanties, réservés prioritairement aux membres des chambres consulaires africaines,
     
  • des initiatives en matière de protection sociale, de droits d'accès aux médicaments et à la retraite, en lien avec l'appartenance à une chambre consulaire et/ou à une organisation professionnelle et dans le respect de la règlementation existante dans chaque pays,
     
  • une réflexion sur l'accès aux marchés locaux, notamment publics, et sous-régionaux, incluant : i) l'adaptation de  la règlementation aux  spécificités des PME, ii) une protection des marchés locaux sur des secteurs stratégiques, et iii) le développement d'une stratégie de reconquête des marchés pour les petites et moyennes entreprises d’Afrique, et, dans ce contexte, iv) le renforcement des bases fondamentales des systèmes de production africains et des compétences artisanales pour favoriser l'accès des entreprises aux marchés les plus porteurs.
     
  • la professionnalisation des chefs d’entreprise pour augmenter la compétitivité des PME, en valorisant les compétences des apprentis, artisans, maîtres artisans au travers d'un dispositif rénové d'acquisition des savoir-faire.